La Pologne Online

Beskidiens en ligne


Les Forums Franco-Polonais du Klub Beskid

barre



Les Forums de Pologne


Hymnes, chants ... de l'histoire de la Pologne :  Forums Franco Polonais The fastest message board... ever.
Quand les Polonais chantent et racontent l'histoire de leur pays 
1846 Z dymem pożarów La fumée incendiaire Nikorowicz Ujejski
Posté par: Christian Orpel (IP Loggée)
Date: 23 mai, 2019 16:44

Z dymem pożarów.

Józef Nikorowicz composa la musique de ce Choral, à la fin de l' Insurrection de Cracovie en mars 1846, marquée par les horreurs de la Rabacja, de la boucherie des nobles par les paysans de Galicie manipulés par les Autrichiens. Le poète Kornel Ujejski en visite le même mois chez Nikorowicz écrivit les paroles le jour même où il l'entendit.
Chanté dans les églises et les manifestations patriotiques, souvent interdit, en particulier en Prusse, il fut repris notamment en 1848 durant le Printemps des Peuples et marqua le déclenchement de l' Insurrection de Janvier, en Pologne russe, en 1863. Sa mélodie, à la radio de Londres, envoya aussi le signal de l' Insurrection de Varsovie d' août 1944.


J'ai donc tenté de rendre la majesté de ce choral historique …

[www.youtube.com]

Z dymem pożarów, z kurzem krwi bratniej,
Do Ciebie, Panie, bije ten głos!
Skarga to straszna, jęk to ostatni,
Od takich modłów bieleje włos.
My już bez skargi nie znamy śpiewu,
Wieniec cierniowy wrósł w naszą skroń,
Wiecznie, jak pomnik Twojego gniewu,
Sterczy ku Tobie błagalna dłoń.


La fumée incendiaire, le sang de nos frères
Montent vers Toi Seigneur avec notre chant,
Gémissement ultime et terrible prière.
De telles plaintes rendent nos cheveux blancs.
Nous ne savons plus chanter sans nous lamenter,
Des épines ont couronné notre front,
Telle une stèle de Ta colère, à jamais
Nos mains tendent vers Toi leur supplication.


Ileż to razy Tyś nas nie smagał,
A my nie zmyci ze świeżych ran,
Znowu wołamy: On się przebłagał,
Bo On nasz Ojciec, bo On nasz Pan!
I znów powstajem w ufności szczersi,
Lecz za Twą wolą zgniata nas wróg,
I śmiech nam rzuca, jak głaz na piersi:
„A gdzież ten Ojciec, a gdzież ten Bóg?!

Combien de fois ne nous as-Tu pas fustigés ?
Et nous, à peine remis de nos douleurs,
Nous clamons à nouveau : Il nous a pardonné,
Il est notre Père, Il est notre Seigneur !
Et nous nous redressons, plus encore enhardis,
Mais Tu laisses l'ennemi nous opprimer,
Jeter, pierre sur notre cœur, ces railleries :
« Où donc est ce Père, où ce Dieu s'est caché ? »!


I patrzym w niebo, czy z jego szczytu,
Sto słońc nie spadnie wrogom na znak?
Cicho i cicho... pośród błękitu,
Jak dawniej buja swobodny ptak.
Owóż w zwątpienia strasznej rozterce,
Nim naszą wiarę ocucim znów,
Bluźnią ci usta, choć płacze serce,
Sądź nas po sercu, nie według słów!

Et nous guettons, au plus haut des cimes des cieux ,
Signe à l'ennemi, la pluie de cent soleils.
Au milieu de l'azur, où tout est silencieux,
Le vol libre de l'oiseau, seul, émerveille.
Le doute nous a envahis, et sa terreur,
Avant que notre foi ne retrouve vie,
Nos lèvres T'offensent, bien que larmoient nos cœurs.
Juge, non les mots, mais ce que le cœur dit !



O, Panie! Panie! ze zgrozą świata,
Okropne dzieje przyniósł nam czas;
Syn zabił ojca, brat zabił brata,
Mnóstwo Kainów jest w pośród nas.
Ależ o Panie! oni niewinni,
Choć naszą przyszłość cofnęli wstecz,
Inni szatani byli tam czynni;
O! rękę karaj, nie ślepy miecz!

O Seigneur, sous l'oeil terrifié de l'univers
Ce temps a perpétré les pires forfaits;
Le fils tua son père, et le frère son frère,
Parmi nous des Caïns vivent par milliers.
Mais Seigneur, ô Seigneur Dieu, ils sont innocents,
Même s'ils ont notre avenir compromis,
D'autres satans étant à l'oeuvre, malfaisants ;
Pas le glaive, châtie la main qui agit !



Patrz! my w nieszczęściu zawsze jednacy,
Na Twoje łono, do Twoich gwiazd
Modlitwą płyniem, jak senni ptacy,
Co lecą spocząć wśród własnych gniazd
Osłoń nas, osłoń, ojcowską dłonią,
Daj nam widzenie przyszłych Twych łask;
Niech kwiat męczeński uśpi nas wonią,
Niech nas niebiański otoczy blask!

Vois, dans notre malheur nous n'avons pas changé
Jusque dans Tes bras, vers Ton ciel constellé
La prière nous guide, en oiseaux fatigués,
Qui volent au creux de leurs nids reposer.
Couvre, couvre nous d'une paternelle main,
Donne-nous d'entrevoir tes futures grâces,
Que la fleur des martyrs nous offre son parfum,
Que brille l'éclat céleste de Ta face !



I z Archaniołem Twoim na czele
Pójdziemy wszyscy na straszny bój,
I na drgającem szatana ciele
Zatkniemy sztandar zwycięski Twój!
Zbłąkanym braciom otworzym serca,
Winę ich zmyje wolności chrzest;
Wtenczas usłyszy podły bluźnierca
Odpowiedź naszą: „Bóg był i jest!“

Et sous la conduite de Ton Archange ardent
Nous irons ensemble lutter pour Ta gloire,
Et sur le cadavre palpitant du satan
Nous planterons Ton étendard de victoire !
Nous ouvrirons nos cœurs aux frères égarés,
Absous, en baptême de la liberté;
Alors au vil blasphémateur sera donnée
Notre seule réponse : « A jamais, Dieu est » !














Edité 4 temps. Dernière édition 04/06/2019 09:29 par Christian Orpel.



Désolé, seulement les utilisateurs enregistrés peuvent écrire dans ce forum